Rolando glisse un tacle aux supporters de l’OM

On peut le dire, Rolando, fait partie des flops de cette première partie de saison. Transféré à l’Olympique de Marseille cet été en provenance de Porto, le défenseur n’a pas réussi à faire son trou aux cotés de Nicolas Nkoulou dans la charnière marseillaise.

Il est revenu chez nos confrères de France Football sur ses débuts difficiles à l’OM et le manque de confiance des gens à Marseille :

À Porto, les gens vivent le football au quotidien et transmettent cette passion de façon positive. Ici, c’est plus oppressant pour les joueurs. Dès que je suis arrivé, j’avais cette pression que je n’étais peut-être pas un joueur pour l’OM. Certaines personnes, certains supporters me l’ont dit en face. Avec tout le respect que j’ai pour eux, quand je vois mon parcours, ce que j’ai gagné, les grandes compétitions auxquelles j’ai participé, je me dis que si je n’étais pas un joueur de l’OM, je serais content : cela voudrait dire qu’on est premiers ou deuxièmes. Je sais que j’ai la qualité pour être ici, sauf que je n’ai ni le temps, ni l’espace, ni la confiance pour le démontrer. Et c’est à moi de dépasser cela. Les gens vont se rendre compte de qui je suis vraiment. Comme je l’ai prouvé au Belenenses, à Porto, à l’Inter, au Napoli, je prouverai que j’ai ma place à l’OM

Il est aussi revenu sur son passage raté à Anderlecht l’année dernière :

Les gens se sont dit : « s’il ne joue pas là-bas, il n’a pas le niveau pour l’OM ». Mais ils ne voient pas que j’y ai signé le 31 janvier, que j’ai eu quatre mois pour m’exprimer et que j’ai été blessé pratiquement deux mois. Peut-être n’ont-ils même pas vu un seul de mes matches avec Anderlecht. Bien sûr que je préfère les critiques positives mais je ne suis pas du genre à stresser. J’ai besoin de la confiance de mes partenaires, et je l’ai, de celle de mon entraîneur et qu’il me fasse jouer

A VOIR EGALEMENT !