Luis Enrique plus fort que Guardiola !

Le coach asturien a fêté dimanche face à Levante son 100e match sur le banc du club catalan (victoire 2-0).

L’espagnol est arrivé il y a de cela un an et demi après deux expériences aux fortunes diverses. D’abord plus que moyen lorsqu’il entraînait la Roma lors de la saison 2011-2012, il s’est ensuite distingué avec le Celta Vigo en 2013-2014, avec qui il a terminé à une belle 9ème place alors que le club s’était sauvé de justesse la saison précédente, relançant entre autres Nolito, pisté par le barça cet hiver.

Celui qui avait également entraîné l’équipe B catalane entre 2008 et 2011 a tout gagné avec les blaugrana, alors que ses débuts se sont révélés compliqués. En effet, la première partie de saison n’a pas convaincu les socios, le plaçant même sur un siège éjectable. On lui reprochait à l’époque un turn-over excessif et un manque de maîtrise de ses joueurs et du jeu collectif.

Depuis janvier 2015 cependant, tout a changé ! Il a su s’adapter et mieux gérer son effectif en donnant leur chance à Sergi Roberto, Rafinha ou encore Jéremy Mathieu. Les égos des stars catalanes ont également été canalisés, personne parmi l’effectif ne s’est plaint de lui. La tactique s’est également diversifiée, tout en conservant l’idéologie de base faite de mouvements et de passes rapides (tiki-taka), le barça peut aujourd’hui contrer et utiliser de temps à autre un style plus direct sur certaines phases de jeu.

L’asturien a donc peaufiné et amélioré la stratégie catalane, ce qui se vérifie par les chiffres : le FC Barcelone est invaincu depuis 28 rencontres, record égalé et qui pourrait tomber face à Valence mercredi, lors de la demi-finale aller de Coupe du Roi. Son bilan est exceptionnel, avec 80 victoires, 11 nuls et 9 petites défaites. Guardiola avait quant à lui gagné 71 de ses 100 premiers matchs, pour 19 nuls et 10 revers. Son équipe a également marqué 40 buts de plus et encaissé 4 buts de moins que celui de Pep Guardiola durant ces 100 rencontres. Enfin les cinq titres remportés finissent d’embellir l’insolente réussite de l’actuel coach catalan et prouvent qu’il est plus efficace que le futur entraîneur de Manchester City !