L’OM : itinéraire d’une saison à oublier

Le mercato

Au cœur de l’été 2015, Labrune et la direction de l’OM orientent le mercato de manière plus qu’étonnante et surprennent le paysage footballistique français en laissant filer la moitié de ses joueurs. Ces départs ce ne sont pas ceux des éléments en difficulté mais bien ceux des cadres en puissance de l’équipe : Fanni, Morel, Imbula, Lemina, Ayew, Thauvin, Payet, et Gignac .. rien que ça.

Les fans marseillais malgré eux, s’attendent a un mercato solide en réponse aux dizaines de millions dégagés par ces nombreux transferts (Imbula 20Millions/Porto, Thauvin 17Millions/Newcastle, Payet 15Millions/West Ham). D’autant plus que « El Loco » à lui, déjà programmé une liste exhaustive de joueurs adaptés a sa philosophie de jeu, souhaitant retrouver dans son groupe des footballeurs aux profils idoines (Charles Aranguiz notamment).

Seulement les échecs lors des négociations s’enfilent les uns après les autres, les nouvelles têtes qui arrivent finalement sur la Canebière sont des paris tentés par Labrune (L.Diarra, Diaby), des jeunes plutôt prometteurs mais peu confirmés (Rekik, Nkoudou ou Ocampos) ou des seconds choix, pour la plupart prêtés par leurs clubs respectifs. La direction enchaîne alors les joueurs pour éviter un fiasco dans la cité phocéenne avant le démarrage de la saison.

Début de saison 

1er journée les voyants sont presque au vert, si une partie du public marseillais s’insurge encore quand au départ du « maestro » Payet et de certains de ses coéquipiers, les autres se contentent de la confiance qu’ils ont en un seul homme, leur entraîneur. Résultat de la soirée une défaite amère, contre Caen à domicile et un départ scandaleux, celui de Mr Bielsa. Les marseillais semblent vivre un réel cauchemar et a ce moment personne ne comprend encore comment et pourquoi « El Loco » a pu prendre une telle décision, a l’aube d’une saison qui s’annonçait aussi virevoltante que la précédente.

La raison ? une mésentente contractuelle entre l’avocat de Margarita Louis-Dreyfus et l’agent de Marcelo Bielsa, une mauvaise gestion d’un cas humain comme une volonté non respectée qui allez être le point de départ d’une saison très compliquée, en coulisse comme sur le terrain…

Distancé, bousculé et dégradé

Après une période de flou totale la direction s’offre rapidement une bouffée d’oxygène en allant chercher un entraîneur étranger, Michel dont la carrière footballistique au Real Madrid lui vaut d’être suivi attentivement et d’être considéré avec clémence. Arrivé après 2 défaites lors des 2 premiers matchs, il remporte son premier match sur le score de 6-0 contre Troyes et permet à l’OM de remporter son premier match de la saison. Pourtant malgré ce départ tonitruant c’est tout ce que les supporters auront le plaisir de voir pendant la quasi-totalité de la saison au Vélodrome.

6 mois plus tard, l’équipe est éliminée de toutes les compétitions hormis la Coupe de France, le seul espoir de participer a un challenge européen en cas de triomphe. Son classement en championnat est lui tout aussi dérisoire (12eme) et se justifie pleinement par un grand vide au Vélodrome  avec aucune victoire lors des 13 dernières rencontres. Les prestations sont discontinues et aucune série n’aura permis de fluidifier les automatismes et d’inverser ce manque de cohésion et de confiance criant. Le collectif de l’équipe est inexistant, l’entente des joueurs sur le terrain n’aura jamais progresser et malgré l’arrivée de joueurs supplémentaires au mercato d’hiver (Fletcher, Thauvin) les résultats ne suivent pas. Les tactiques utilisées par le coach ibérique n’ont portées leurs fruits que par étincelles et ses déclarations comme ses intentions ne poussent plus a l’optimisme. Coincé à 6 points de la zone de relégation seulement, le public marseillais sait désormais que cette saison sera celle de tout les records, dans le mauvais sens des choses…

Au soir de la 31eme journée et d’une nouvelle défaite à domicile (2-5) face au Stade Rennais, les fans se rendent compte de la dégradation que leur institution subit, autant par la stratégie de l’entraîneur que par celle de la direction. Les jours de Michel comme de Labrune sont comptés… le club a touché le fond et ce n’est finalement plus si surprenant au regard de ses fautes de gestions.

Une gestion sans véritable projet sportif 

Seulement, comment pourrions nous expliquer une telle déroute? A l’image d’une entreprise désorganisée ou dépassée, la direction démontre son incroyable limite de jour en jour. Sans définir de projet sportif a moyen ou long terme, et en laissant partir gratuitement ses meilleurs éléments a la concurrence ou à l’étranger. La formation des jeunes joueurs elle, ne se traduit que trop rarement par une intégration a l’équipe première ce qui n’offre finalement que peu de perspective a ces derniers. On peut aussi, au regard des transferts récents, s’étonner du laxisme des dirigeants qui s’imaginent qu’avec moins de qualités intrinsèques sur le terrain, on peut espérer de meilleurs résultats. Les marseillais sont finalement tributaires d’une gestion hasardeuse de la direction qui dénuée de passion et d’ambition, additionne et soustrait des chiffres dans l’espoir d’assainir les comptes afin de mieux préparer leur départ, en parallèle réalise des jolies bénéfices sur les joueurs qui eux, ont malgré tout démontrer leurs qualités.

Les départs libres de Ayew, Gignac, Morel, Fanni et ceux programmés de Nkoulou et Mandanda n’en sont qu’une confirmation supplémentaire, l’OM ne voit plus qu’a court terme et c’est bien dommageable pour son ambition. Les déclarations des jeunes pousses formés au club tel que Jordan Ayew ou B.Boutobba démontrent qu’après plusieurs années et malgré leurs difficultés financières bien affichées, la direction de l’OM n’a organisée aucune stratégie solide dans le but de conserver ses meilleurs éléments formés au club afin de mieux pérenniser celui-ci.

 » Si je signe a l’OM, je sais que je me perds. J’ai besoin d’un projet sportif et il n’y en a pas !  »  affirmais le jeune Boutobba lors d’une interview récente.

Autant de d’éléments qui éclaircissent la mauvaise configuration et les mauvais choix a tous les niveaux d’un club pourtant rester mythique auprès des amoureux de l’OM et du football, malgré ses nombreuses défaillances. Autant de paramètres qui nous amènent a la situation actuelle, celle d’une saison à oubliée et d’un club au bord de la dérive et surtout de la descente sportive…