Vendredi 18 Mars 2016, stade Vélodrome, 22h20 : Sebastien Moreira renvoie les joueurs marseillais et rennais aux vestiaires sous une bronca du stade Vélodrome. L’OM vient de s’incliner une nouvelle fois cette saison à domicile face au Stade Rennais (2-5), 6 mois que l’OM n’a plus gagné devant son public; et c’est bien connu à Marseille plus qu’ailleurs, la situation peut s’envenimer très rapidement. Pris à parti par le public, les joueurs mais en particulier Michel l’entraîneur espagnol de la formation phocéenne et Vincent Labrune, le président.Pour le public les choses doivent changer, et ça va changer.

Les jours de Michel semblent comptés sur la Canebière, esseulé,lâché par son vestiaire et n’ayant plus aucun contact avec Vincent Labrune (sera t il toujours sur le banc pour le prochain match face à Bastia?). Pour le remplacer on avance Jorge Sampaoli l’ex sélectionneur du Chili, ou encore Sergio Conceiçao actuel entraîneur de Guimaraes. Si l’OM devrait changer plus ou moins rapidement d’entraîneur comme demandé par son public, le cas de Vincent Labrune (dont les supporters ont demandé à maintes reprises la démission durant le match face à Rennes) semble moins clair.

En effet,le président de l’OM qui s’est défendu au soir de la défaite face à Rennes au micro de Canal +, a explicitement pointé du doigt Margarita Louis Dreyfus la principale actionnaire de l’OM pour son manque d’investissement dans le club. De plus, quelques heures après la défaite de l’OM face à Rennes, Vincent Labrune aurait envoyé un mail rendant compte de la soirée cauchemardesque de l’OM à Margarita Louis Dreyfus, mail resté sans réponse. Faut il y voir une fracture entre le président de l’OM et son actionnaire principal ?

En tout cas, Vincent Labrune devra gérer la fin de saison de son club qui n’a plus qu’à jouer la Coupe de France en orchestrant (peut être) l’arrivée d’un nouvel entraîneur sur le banc marseillais et de régler les soucis contractuels de ses joueurs avant la mercato. Un mercato qui s’annonce très mouvementé sur la Canebière.