La conférence de presse de Michel après le match face à Troyes !




L’entraineur de l’OM, Michel a fait la première conférence de presse post-match avec l’OM lors de la victoire très convaincante de son club sur le club de Troyes, 6-0.

– Aviez-vous imaginé de tels débuts ?
«Non, on peut rêver que cela se passe de cette manière mais ce soir, c’est un rêve éveillé.»

– Qu’est-ce qui vous a plu ?
«Quand on voit un 6-0 qui est la conséquence du jeu déployé avec de l’envie et de la détermination à vouloir attaquer, c’est très intéressant. Voilà ce qui m’a plu.»

– Quelles sont vos impressions sur cette soirée, le stade ?
«J’ai été très impressionné. Je ne sais pas combien de supporters il y avait mais on dirait qu’ils étaient un million. Il y avait une telle ambiance avant le match que j’avais l’impression que l’on était premier au classement. C’est très dur de trouver des supporters aussi enthousiastes avant une rencontre.»

– Cela vous a rappelé l’Olympiakos ?
«Oui, ici aussi ils sont très proches des joueurs. C’est fou, c’est fantastique. Ils sont là pour profiter du spectacle, pour encourager et ils l’ont bien fait.»

– Vous avez dit beaucoup de bien de Lassana Diarra avant le match. Vous pouvez en remettre une couche…
«Il m’a donné raison. Il peut même faire mieux que ce qu’il a fait ce soir. Tout ce qu’il a fait a été parfait. C’est un exemple pour nous tous. Comme il a contrôlé le jeu montre qu’il s’y connaît. Il a changé le jeu. On va essayer de le protéger et faire en sorte qu’il s’améliore. Il nous le rend bien. Avec un tel joueur, on est tranquille. Il fait plus que ce que je lui demande.»

– Craignez-vous que l’attente des supporters soit trop importante désormais ?
«Les supporters veulent que l’on joue toujours de la même manière que ce soir. Mais ils sont conscients que c’est très difficile de gagner tous les matches 6-0. Le point positif est que le public s’est rendu compte de ce que nous pouvions réaliser. Quand on porte ce maillot, il faut tout donner.»

– Un mot sur Javier Manquillo qui a remplacé Brice Djadjédjé au pied levé…
«Brice Djadjédjé a ressenti une gêne derrière la cuisse. Il faut attendre pour en savoir plus. C’était le premier match de Javier Manquillo. Au fil de la rencontre, il a pris confiance et il s’est amélioré.»
michel-cest-un-reve-eveille