Coup de gueule après Bordeaux !

Cette année, je n’ai pas repris l’abonnement au Vélodrome, prémonition d’une année galère ? Ou simple raz-le-bol d’entendre depuis des années des promesses qui tombent à l’eau ? Un peu des deux sûrement…

Climat sous haute tension dans une cité qui vit football, qui mange football, qui dort football. Un bus qui ne prends pas le trajet habituel, une escorte policière pour cet (enculé) de président (oui, enculé, vous comprendrez en lisant la suite).

Hier soir encore, une soirée de souffrance, 20 minutes correctes et plus rien, des joueurs sans solutions, aucun schéma tactique, des scènes honteuses dans un stade de foot… D’ailleurs, il s’agit de mon premier coup de gueule, les supporters sont chargés, gazés, etc… alors qu’ils manifestent leur mécontentement et la seule réponse donnée est les CRS… juste lamentable… Quand les privilégiés de ce monde sont en  »danger », une protection rapprochée est déclenchée immédiatement, pour le reste, il suffit de taper ???  bref.

 

Pendant la rencontre, le stade Vélodrome s’est trouvé recouvert de banderoles (« Évitez-nous l’humiliation d’une relégation », « (MLD) Mets les dollars ou casse-toi ;
bouffe ton héritage si tu veux, mais loin de nous ; donne le club à un repreneur ambitieux et sérieux »
) et des chants réclamant la démission de l’équipe dirigeante. Une ambiance étouffante qui n’a fait que se dégrader au fil des minutes.

Et pendant ce temps-là où les amoureux de l’OM souffrent, Labrune joue au billard !!!

La fin du match est triste, très triste… Stade Vélodrome bouclé par les forces de l’ordre, acteurs confinés au stade, etc. Mais mon deuxième coup de gueule est une scène surréaliste, explication :

Cet (enculé) de Labrune, soit disant amoureux de l’OM, bloqué dans l’enceinte phocéenne, n’a pas trouvé mieux que de faire une partie de billard ! Un seul mot, trois syllabes :

Dégage