Algérie : Les raisons de ce fiasco

Hier soir, l’Algérie n’a même pas pu sauver l’honneur en n’obtenant qu’un match nul contre le Sénégal. Bilan de cette CAN pour l’Algérie : match nul contre le Zimbabwe (2-2), défaite contre la Tunisie (2-1) et match nul contre le Sénégal (2-2). Un tel gâchis au vue des noms des joueurs composant cette équipe d’Algérie : Mahrez, Bentaleb, Brahimi, Slimani, Ghoulam, Ghezzal, Mandi…

Le sélectionneur Belge, Georges Leekens, avait été nommé à la tête des Fennecs peu de temps avant le début de la CAN. Ce dernier devra s’expliquer sur plusieurs points qui ont surement contribué à la faillite de sa sélection. Tout d’abord, les non-sélections de l’habituel capitaine, Carl Medjani, et de Sofiane Feghouli ont beaucoup fait parler en Algérie. Ensuite, la préparation de l’équipe n’a également pas été bonne, en n’arrivant que trois jours au Gabon avant le début de la compétition et avec seulement deux matchs amicaux disputés face à la faible équipe de Mauritanie. Enfin, les choix tactiques du coach ont été très critiqués, notamment à cause de son obstination pour le 4-2-3-1 et des réactions tardives lors des trois matchs de la compétition.

Le réel problème de l’équipe de Yacine Brahimi, est le déséquilibre très important entre la défense et les joueurs offensifs. En effet, en trois matchs, les Fennecs ont inscrit cinq buts, mais ils en ont encaissé six. Plusieurs joueurs défensifs n’ont pas été à leur niveau, comme Faouzi Ghoulam ou Aissa Mandi qui sont pourtant des habitués de la sélection. Suite au forfait de Mbolhi, Malik Asselah a dû occuper le poste de gardien lors des deux derniers matchs, avec des performances correctes mais qui n’ont pas réellement changé le destin de ces matchs. A l’inverse, Riyad Mahrez (2 buts) et Islam Slimani (2 buts) ont mieux tenu leurs rôles. L’Algérie possède beaucoup de grands noms, mais il n’y a aucun esprit collectif et aucune volonté de jouer ensemble.

Ce matin, Georges Leekens a annoncé qu’il quittait son poste, en assumant pleinement la responsabilité de cet échec.
Désormais, les Verts ont 7 mois pour se reconstruire avant la prochaine grande échéance, face à la Zambie en éliminatoires de la prochaine Coupe du monde. Le chantier est immense.

A VOIR EGALEMENT !